in

Kenya : titulaire d’un Master avec plus de 30 certificats, il devient vendeur d’œufs dans la rue

Partager c'est aimer!

78d7f4ea625fa626

Un diplômé en Master basé à Nairobi s’est lancé dans la vente d’œufs après que ses efforts pour trouver un emploi ont été en vains.

Dennis Obilo, qui est également titulaire d’une licence en approvisionnement et chaîne d’approvisionnement, a accumulé au fil du temps plus de 30 certificats et recommandations provenant de diverses institutions du pays.

Obilo est né et a grandi à Rongo, dans le comté de Migori, il y a 30 ans. Sa vie d’enfant a été pleine de luttes et de défis qui ont été aggravés par la disparition de son père à un âge précoce. La charge de l’élever avec ses cinq frères et sœurs est passée à leur mère, déjà surchargée, qui n’avait ni travail ni aucune source de revenus, à part le travail de la terre dans le village. Ainsi, son rêve d’aller à l’école a presque été brisé au tout début, car sa mère n’avait pas les moyens d’en assumer le coût.

Il a fallu l’intervention d’un voisin qui a vu en lui le désir ardent d’aller à l’école pour sauver son rêve. Obilo a été présenté à la maison de la famille Mulli Children à Yatta où il a commencé ses études primaires.

« Mon voisin m’a présenté le Dr Charles Mulli qui dirigeait un foyer d’enfants. Il m’a accueilli et c’est ainsi que j’ai commencé mon parcours éducatif. Le foyer a une école primaire et secondaire, donc j’y suis resté jusqu’à en classe de 3e », a déclaré Obilo lors d’une interview accordée à TUKO.

Malgré les défis que représente le fait d’avoir été séparé de sa famille à un si jeune âge, Obilo est resté concentré et a souvent été le premier de la classe. Il a obtenu son certificat d’enseignement primaire au Kenya (KCPE) en 2003 et est allé à l’école secondaire dans la même institution. En 2007, il a obtenu son Baccalauréat avec mention très bien

« Après avoir passé mon BEPC, j’étais censé quitter le foyer des enfants parce que j’avais atteint l’âge de 18 ans, donc considéré comme un adulte. Cependant, en raison de mes performances et de ma discipline, j’ai été retenu et j’ai été chargé de la gestion du magasin pendant trois ans »,  a déclaré Obilo.

En 2010, il a été amené à Nairobi par le propriétaire du foyer d’enfants, Charles Muli, qui l’a inscrit à une formation diplômante en approvisionnement et chaîne d’approvisionnement à l’Institut kenyan de gestion.

« Il a payé ma scolarité, m’a donné un logement quelque part autour du centre Yaya et a pu me donner l’argent de transport chaque jour. Je préférais cependant marcher ou parfois je pouvais me lever tôt le matin pour m’assurer de ne pas dépenser beaucoup. »

Alors qu’il poursuivait sa formation, Obilo s’est également inscrit à d’autres formations de courte durée qui lui ont permis d’obtenir d’autres certificats.

Lorsqu’il a obtenu son diplôme en 2013, l’étudiant avait également suivi d’autres formations en gestion stratégique et de projet, en informatique, en orientation et conseil sur le VIH/sida et en conduite, entre autres, et avait notamment été recruté comme membre de la jeunesse mondiale après des semaines de formation intensive. Il a également suivi une formation rigoureuse pour devenir un membre certifié de l’Institut kényan de gestion des approvisionnements.

« Au total, j’ai plus de 30 certificats et lettres de recommandation, mais tous n’ont pas été utiles jusqu’à présent. »

Après avoir obtenu son diplôme, l’ambitieux apprenant a trouvé un emploi temporaire qui l’a motivé à s’inscrire à l’Université de Nairobi un an plus tard pour obtenir un diplôme. Cependant, son emploi a pris fin immédiatement après qu’il a terminé le processus d’inscription. Il s’est souvenu : “J’étais payé 25 000 KSh et j’ai donc économisé pendant près d’un an avant de m’inscrire à un programme d’études à l’université de Nairobi, malheureusement le travail s’est terminé avant que je puisse commencer mes cours. Étant un homme de chance, Obilo a rencontré l’aumônier de l’institution, le père Peter Ngugi Kaigwa, qui l’a encouragé et lui a proposé de l’aider à terminer ses études.

« Au début, il a donné de l’argent pour payer les frais de scolarité, ce que j’ai fait.  Il savait que je n’étais pas seulement sérieux à propos de l’éducation, mais aussi honnête. À partir de là, il m’a fait confiance et a continué à soutenir mon éducation. »

En 2017, ayant ressenti le fardeau que le prêtre portait pour l’éduquer, Obilo s’est rendu directement au bureau du recteur de l’Université et a lancé un appel pour obtenir un soutien financier afin de terminer ses études.

Après une série de rencontres avec le personnel, il a finalement été autorisé à voir le recteur Vijoo Rattansi et a soumis sa demande. « Il a eu pitié de moi et m’a offert une bourse complète jusqu’en quatrième année, j’étais si heureux, je me suis senti soulagé. »

En 2018, il obtient son diplôme de deuxième classe supérieure. Impressionné par sa performance, le Recteur lui a proposé de payer ses cours de Master.

Cependant, malgré ce long et tortueux parcours, la vie d’Obilo est restée pleine de douleur, de misère et de dévastation. Il a un besoin urgent d’un emploi. Les efforts déployés pour trouver un emploi dans une start-up ont été vains et il a souvent compté sur ses amis et ses proches pour survivre.

Il a fait de nombreuses demandes d’emploi dans différentes entreprises du pays, mais il n’a pas encore eu la chance d’en trouver une seule. « Payer le loyer est un problème, car ce que je fais me permet à peine de manger. Je compte souvent sur mes amis pour survivre, mais comme la plupart d’entre eux sont fatigués de m’aider, certains ne croient même pas que je n’ai pas de travail. »

Les choses ont été aggravées par le fait qu’il doit subvenir aux besoins de sa famille au village. Un ami lui a donné le capital nécessaire pour lancer son activité de vente d’œufs.

« Ma demande est la suivante : si quelqu’un a un emploi qui peut m’aider à gagner au moins quelque chose pour faire vivre ma famille et payer mes factures, j’apprécierai vraiment », a lancé Obilo.

Crédit photo : yen

L’article Kenya : titulaire d’un Master avec plus de 30 certificats, il devient vendeur d’œufs dans la rue est apparu en premier sur AfrikMag.

N'oubliez pas de laisser votre avis en commentaire !

AfrikMag

Written by LAST OF AFRIKA

Patokh Chodiev: comment un milliardaire a réussi

L’ex entraîneur de Francis Ngannou fait des révélations choquantes sur son ancien protégé : “C’est un ingrat qui a un problème d’égo” !