in

Pakistan : le Premier ministre appelle à la castration chimique des violeurs

Partager c'est aimer!

PAKISTAN

Le Premier ministre pakistanais Imran Khan a déclaré lundi qu’il souhaitait que les violeurs condamnés soient exécutés publiquement ou castrés chimiquement, réagissant à une question sur le viol d’une femme la semaine dernière qui a provoqué un tollé dans la nation sud-asiatique.

 La semaine dernière, une mère de deux enfants conduisant sur une autoroute principale près de Lahore a été traînée hors de sa voiture et violée par deux hommes sous la menace d’une arme. L’un d’eux a été arrêté par la police lundi.

« J’ai été choqué d’apprendre par la police que les crimes sexuels dans le pays augmentent considérablement”, a-t-il déclaré.

 “Les violeurs devraient recevoir des châtiments exemplaires. À mon avis, ils devraient être pendus au chowk (place principale)”, a-t-il dit, ajoutant que la punition devrait être réservée aux violeurs et à ceux qui maltraitent les enfants.

Cependant, le premier ministre a souligné qu’en discutant de cette question avec le cabinet, il avait été laissé entendre qu’une telle punition ne serait pas acceptée au niveau international. 

« Malheureusement, nous avons eu une discussion et on nous a dit que ce ne serait pas acceptable au niveau international“, a déclaré Khan, ajoutant que “le statut commercial GSP-Plus qui nous a été donné par l’Union européenne sera affecté”.

 Khan a déclaré que le pays avait besoin d’une nouvelle législation pour garantir la stérilisation permanente de ces criminels.

 “Une autre option peut être de castrer chimiquement ou chirurgicalement les violeurs, selon le degré du crime”, a déclaré Khan, ajoutant que de nombreux autres pays pratiquent la même punition pour les violeurs.

Le statut de système généralisé de préférences (SPG-plus) de l’UE, accordé au Pakistan en 2014, est subordonné au respect des conventions internationales, telles que les droits de l’homme.  

Cependant, Khan a déclaré qu’il étudiait également l’option de la castration chimique .

 “Comme il y a un meurtre au premier degré, au deuxième degré, au troisième degré, ce [viol] doit être classé de la même manière, et quand il y a un [viol] au premier degré, castrer. Agissez sur eux et empêchez-les.  », a déclaré Khan dans une interview sur une chaîne d’information pakistanaise.

 Les propositions de Khan sont intervenues alors que les responsables pakistanais annonçaient que l’un des deux principaux suspects dans l’affaire de viol sur l’autoroute avait été arrêté et avait admis le crime.

Les responsables ont déclaré qu’ils avaient également une correspondance ADN positive. La recherche du deuxième suspect est toujours en cours.

 La police a récupéré des échantillons d’ADN sur le site et a utilisé les données GPS des réseaux de téléphonie cellulaire pour identifier les personnes qui se trouvaient sur le site lorsque l’attaque s’est produite.

 L’agression choquante a déclenché des manifestations dans tout le pays et des appels à la démission de responsables ainsi qu’à la pendaison publique de violeurs au Pakistan.

 En février dernier, les législateurs ont introduit une législation pour la pendaison publique des personnes reconnues coupables d’abus sexuels et de meurtre d’enfants, mais la loi n’a pas été adoptée.

L’article Pakistan : le Premier ministre appelle à la castration chimique des violeurs est apparu en premier sur AfrikMag.

N'oubliez pas de laisser votre avis en commentaire !

AfrikMag

Written by LAST OF AFRIKA

Le montant de la dot pour le mariage d’Eudoxie Yao dévoilé

Pour répondre à Heritier Wanatanabe, Brigade annonce la sortie d’un nouveau single « Je ne te lâcherai pas »