in

Reggae: l’artiste jamaïcain U Roy, auteur du tube “Go there natty dread” est mort à 78 ans

Partager c'est aimer!

Daddy-URoy-Obituary

U Roy, l’un des roi de la musique Reggae serait décédé mercredi soir dans sa Jamaïque natale après avoir souffert pendant un certain temps. Il avait 78 ans.

La nouvelle du décès du grand reggaeman U-Roy s’est propagée tôt ce matin du 18 février. Selon les médias jamaïcains, l’artiste est décédé dans la nuit du 17 au 18 février. U-Roy est considéré comme une icône de la musique jamaïcaine. L’auteur du célèbre tube “Go there natty dread” était âgé de 78 ans. Plus tard, les hommages n’ont pas tardé a coulé sur les réseaux sociaux en son honneur. 

La superstar du Dancehall Shaggy a posté sur Intagram: « Aujourd’hui, nous avons perdu un de nos héros !! Une vraie légende dans ce jeu de dance hall/Reggae si vous êtes un fan de sonorisation, alors vous êtes un fan du son Stur Gav. Avec des grands comme Le colonel Josey Whales (sic) et Charlie Chaplin, pionniers dans ce jeu … Avec un catalogue d’enregistrements incroyables, U Roy était un maître dans son métier. Reposez-vous bien papa Roy !! RIP marchez bien« . 

Reggae: l'artiste jamaïcain U Roy, auteur du tube “Go there natty dread” est mort à 78 ans

David Rodigan, un DJ de radio britannique a posté sur Twitter : « RIP Daddy U Roy, le grille-pain emblématique qui a changé le paradigme de la musique jamaïcaine en exprimant l’album ‘Version Galore’ … J’étais toujours en admiration devant lui; le ton de la voix, la cadence, le miroitement lyrique et l’équitation riddim ont fait de lui « l’aventurier de l’âme ». « 

U Roy, né Ewart Beckford à Kingston, est reconnu pour avoir popularisé l’art de griller sur les rythmes reggae aux débuts du dancehall lorsque le système sonore régnait sur le perchoir. Il a fait irruption sur la scène à l’apogée du système de son et du label Studio One de Clement « Sir Coxsone  » Dodd à une époque où la musique reggae et sa progéniture désormais très populaire dancehall était désapprouvée par la société au sens large et était considérée comme la musique des incultes.

Ses «Wake The Town» et «Wear You To The Ball» mettant en vedette John Holt, ont été d’énormes succès et il a enchaîné avec plusieurs autres hiters, dont «Creation Rebel», «Chalice In The Palace» et «Dread inna Babylon». Le succès de «Dread inna Babylon» a conduit à une série d’albums produits par Tony Robinson : «Natty Rebel» (1976), «Rasta Ambassador» (1977) et «Jah Son of Africa» (1978).

La popularité internationale de Beckford a conduit à la sortie de l’album «Natty Rebel» en 1976 sur le label Front Line de Virgins au Nigeria ainsi qu’en France sur Virgin et Polydor. U Roy est également crédité pour avoir ouvert la porte pour permettre aux artistes de rap et de dancehall de réaliser d’énormes profits à partir d’un idiome qu’il, avec le comte Machukie et King Stitt, a créé et perfectionné.

 Il était également le propriétaire du système de sonorisation Stur Gav qui a perfectionné la carrière des DJ vétérans Charlie Chaplin, Josey Wales et Super Cat, entre autres. En 1980, le groupe pop Blondie a connu un succès mondial avec le morceau reggae « The Tide Is High » qui incita Virgin à rééditer le morceau original de Paragons de 1967 et la version 1971 d’U Roy en single la même année. L’album le plus récent de U Roy est « Pray Fi Di People », sorti en 2012.

L’article Reggae: l’artiste jamaïcain U Roy, auteur du tube “Go there natty dread” est mort à 78 ans est apparu en premier sur AfrikMag.

N'oubliez pas de laisser votre avis en commentaire !

Culture & Loisirs – AfrikMag

Written by LAST OF AFRIKA

Sama Lukonde: “Mon prochain gouvernement sera dénommé “Gouvernement Warrior”

« J’ai vécu des pressions, j’ai eu une maladie mentale » l’actrice Khalima Gadji raconte son expérience